Si votre e-mail ne s'affiche pas correctement veuillez cliquez ici

Association des Artisants Laviers & Muraillers de Bourgogne - Pierres qui roulent, notre bulletin d'information.

Saison 3 L'été - Edito

C'est avec un peu de retard que Pierres qui roulent 3ème du nom s'offre à vous, prolongeant à sa manière la période estivale.

Saison d’ouverture, l’été est propice aux rencontres.

Ce fut le cas à Junas (Gard) où se sont déroulées les 26 èmes Rencontres de la Pierre, un symposium organisé par l’association "des Hommes et des Cailloux" durant lequel se retrouvent des hommes mais aussi des femmes tailleurs de pierre, muraillers, mosaïstes, pour concentrer leurs passions et réaliser d’audacieux projets.
(www.hec2.junas.info)

Pour tout un chacun, la saison estivale est l’occasion d’une rencontre avec la pierre.

Lors d’une randonnée en montagne, d’une baignade en rivière ou en flânant dans les rues d’un vieux village, il y a toujours un caillou pour raconter une histoire.

Comme l’été est aussi favorable aux travaux extérieurs, la pierre n’est jamais loin de la main.

Ainsi, la tour de Lournand s’est vue couverte de sa toiture de laves (lauzes calcaires) dont elle était depuis si longtemps privée.

Propice également à l’apprentissage d’un savoir-faire, à l’instar des participants au stage de formation ‘murs de pierre sèche’ qui c’est déroulé au Domaine St-Laurent fin juillet.

La saison s’achève mais les rencontres continuent.

Ainsi la Fédération Française des Professionnels de la Pierre Sèche inaugure une série
de Rencontres Régionales dans le but de faire (re)découvrir le patrimoine en pierre sèche
à un large public, de réunir les acteurs de la filière d’un même territoire, présenter
les atouts de la technique (la vraie, c’est à dire sans mortier ni béton !), informer sur
les travaux de recherche scientifique, contribuer au développement de la formation et de l'emploi autour de la pierre sèche.

Les Rencontres Régionales de la Pierre Sèche en Massif Central auront lieu le 10 octobre 2013 à Champeix (Puy-de-Dôme). Accédez au programme.

Une Rencontre bourguignonne est prévue pour le printemps 2014, accueillie par le Pays d'Art et d'Histoire entre "Cluny et Tournus" (www.pahclunytournus.fr) et le Grand Site de Solutré. (www.solutre.com)


Restauration de la Tour de Lournand... Suite et fin.

Commencé au printemps dernier, Joël Jannet a achevé cet été la couverture de laves (lauzes calcaires) de l'ancienne tour de garde, dite “du Colombier”, commune de Lournand (Saône-et-Loire).

En vue directe de l'ancien château de Lourdon, située à l'entrée de la vallée - en bordure d'un étang aujourd'hui asséché - cette tour avait un rôle stratégique dans le système de défense de l'Abbaye de Cluny.

Cependant, nous n'avons pas d'éléments historiographiques précis.

Le support de la couverture est une charpente de chêne, taillée et posée par l'entreprise Lazard, que nous avons couverte en rangs concentriques.

Il a fallu monter 15 tonnes de laves, taillées par Martin Muriot, dans un ajustement sans faille...

A 12 mètres du sol, la vue est imprenable : la vraie richesse du Clunisois est entre autre ... sa forêt et son espace non construit.


Notre stage de formation initiale ‘murs de pierre sèche’.

Encadré par Pierre Linck, le stage d'été s'est déroulé du 18 au 21 juillet au Domaine Saint Laurent (près de Cluny) dans les meilleures conditions.

Les stagiaires ont pu acquérir les bases de la technique en remontant un mur qui clôt le verger.

Découverte du patrimoine ‘pierre sèche’ et séances théoriques étaient également au programme.

Nous travaillons à une restauration concrète et durable, dans un cadre très agréable, et cela donne satisfaction à tous les participants.

Ces formations nous confirment que cette activité peut intéresser un large public.

Le prochain stage se déroulera du jeudi 24 au dimanche 27 Avril 2014. Programme et inscriptions sur notre site : www.laviers-muraillers-bourgogne.fr


Murs de soutènement à pierre sèche : la preuve par l’arbre

NON, CETTE PHOTO N'EST PAS TRUQUEE !!

Il s’agit bien d’un chêne pubescent ayant poussé à travers un mur de soutènement en pierre sèche, visiblement à la faveur d’une barbacane*.

Ce mur se situe sur la commune de Labastide de Penne, dans le Tarn-et-Garonne.

Depuis 2002, six murs expérimentaux de soutènement ont été bâtis par des muraillers professionnels, dans le cadre de recherches scientifiques menées par le laboratoire de l’Ecole Nationale des Travaux Publics de l’Etat (ENTPE) de Lyon et l’Ecole des Ponts et Chaussées de Paris. Plus d'infos sur les murs tests.

Ces expériences contribuent à l'élaboration de documents techniques visant à apporter les garanties professionnelles aux maîtres d’ouvrages et maîtres d’œuvres.

Ici, c’est la nature qui joue les ingénieurs, et l’expérience se déroule sur le long terme.
Le diamètre du tronc en rapport avec la faible déformation du mur laisse pantois et en dit long sur les capacités mécaniques de la technique ‘pierre sèche’.

Cet harmonieux et tenace accord entre le minéral et le végétal, dans un contexte de construction d’ampleur (murs d’environ 3m. de hauteur, en bordure de route) a de quoi convaincre les sceptiques et contredire les inconditionnels du béton.

*Une barbacane (ou chantepleure) est une étroite fente verticale pratiquée dans un mur de soutènement pour faciliter l'écoulement des eaux d'infiltration provenant de la masse de terre soutenue (l'eau piégée derrière un mur accentue la poussée des terres).


Lecture croisée par Aleth de Crécy-Koch, architecte-paysagiste.

Plan cadastral de 1841 et photographie aérienne superposées.
En rouge, tracés des murgers recensés et dessinés sur le plan;
en orange, murgers édifiés postérieurement;
en gris, murgers existants actuellement mais non dessinés sur le plan.
Relevé non exhaustif.


Les paysagistes aiment les cartes et les plans cadastraux donnent beaucoup d’indications.

Je croyais que mes pensées allaient s’éclaircir en étudiant la carte de Flagy1 de 1841.
1841 – avant l’arrivée du phylloxéra

Et je note : Les surfaces de vignes2

Et je vois : des murgers3 listés et quantifiés
Des longs, rectilignes et nouveaux4
Des irréguliers,
Des murets aujourd’hui visibles sur place, inexistants sur la carte5

Des surfaces de vignes définies par des murgers,
Des surfaces de vignes non délimitées par des murgers,
Des murgers qui ne définissent pas des parcelles de vignes2

JE NE VOIS PAS DE LIEN ENTRE VIGNES ET MURGERS, sauf celui lié au sol.
Le sol a été débarrassé des pierres affleurantes pour dégager un substrat un peu plus épais à la culture qui y prendra place.

Les mises en œuvre, implantations et largeurs des ouvrages en pierre sèche
sur cet extrait de plan cadastral sont très diverses.

Murs parallèles à la pente du terrain, les plus nombreux
Murs de soutènement de différentes hauteurs
- allant jusqu’à 2.50 m.

Les parements sont très variés.
En fonctions de la forme des pierres mais pas seulement.
L’assemblage, la disposition parfois l’entassement, expliquent un geste, une histoire, que les pierres comme des mots, racontent...



Aleth de Crécy-Koch participe actuellement à la rédaction d’une charte de qualité
architecturale et paysagère du Pays d’Art et d’Histoire « Entre Cluny et Tournus »
qui vise à dresser à un état des lieux des richesses naturelles et patrimoniales
des quatre cantons reliant ces deux villes-soeur.

Plus d'infos sur le site de la Fédération des Associations Partenaire
du Pays d'Art et d'Histoire: www.fappah.org

1 Canton de Cluny, Saône-et-Loire.
2 La recherche a été réalisée par mon éclairé et patient voisin, monsieur Louis Daillie.
3 ou meurger, patois bourguignon. Tas de pierres parementé.
4Les informations trouvées dans les archives confirment l’édification de ces murs en pierre sèche au XIXème siècle.


Rédaction: Association "Laviers et Muraillers de Bourgogne"- Septembre 2013.


Si vous ne voulez plus recevoir d'e-mail de notre part cliquez ici